Conférence: Situation de la zone de secours HEMECO

C’est contraint et forcé que la CGSP et le SLFP entend dénoncer les conditions de travail difficile et l’absence de dialogue social au sein de la Zone HEMECO de Huy et ce depuis plus de 2 ans.

Eric Labourdette, dirigeant responsable et président du secteur "Zone de secours" - SIAMU RBC (Bruxelles) et Peter Vandenberk, mandataire permanent et vice-président du secteur "Zone de secours" pour la Wallonie - IILE (Liège) faisaient l'état des lieux des casernes comprises dans la zone de secours HEMECO.

Une interpellation a été envoyée à chaque Bourgmestre de la zone mais n'a provoqué aucune réaction de leur part.

Les syndicats dénoncent entre autre une gestion des ressources humaines non respectueuses des statuts syndicaux et des travailleurs, le non-respect des conditions minimales de l’aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats (exemple : manque de citerne en départ de nuit), la sécurité du personnel assurée de manière minimale, etc.

Malgré un accord lors des réunions de concertation avec le Président de zone (Christophe Collignon), plusieurs points acceptés par ce dernier ne sont pas appliqués par le commandement de la zone.

Un rapport de l’emploi et travail a été réalisé début 2017 précisant bons nombres de manquements, une seconde inspection a eu lieu en début 2018 et il s’avère que les mêmes remarques avec mise en demeure cette fois sont toujours bien actées sur le second rapport.

Un rapport par le médecin SPMT (médecine du travail) a eu lieu également. Ce rapport, communiqué à la zone en janvier 2018, fait suite à une visite des lieux des deux postes d’incendie (HUY et HAMOIR) et pointe des manquements comme l'absence d'inventaire amiante, un espace repos trop exigu (moins de 10m2 pour 2 lits superposés) et mal isolé, se situant à proximité du garage des camions, ce même problème dans le seul vestiaire commun, douches hors service, présence de fuites d'eau par temps de pluie à proximité de câblages électrique, porte coupe-feu à réparer, évacuations des sanitaires se jettant  directement dans le ruisseau à côté de la caserne, etc.

L'assemblée générale a recueilli un nombre impressionnant de témoignage à l’encontre de l’autorité, allant du harcèlement à la menace, de la diffamation et de l’humiliation. "La pression morale et psychologique s'accentue par le comportement de ce commandement. Le bien-être au travail est une catastrophe ", précisent-ils.

Le ras le bol est tel qu'à peine 7 pompiers (sur 70…) ont répondu présent pour la participation aux portes ouvertes. Ils ont d'ailleurs tenu à s'excuser de ne pas y participer.

"Nous attendons un changement radical sur le fonctionnement du commandement de notre Etat major. Dans le cas contraire, des mesures importantes pourront être prises par le personnel de la zone de secours", concluent-ils.

(CFL)


Galerie médias

  • 20180504-SLFP13
  • 20180504-SLFP04
  • 20180504-SLFP02
  • 20180504-SLFP03
  • 20180504-SLFP06
  • 20180504-SLFP08
  • 20180504-SLFP09

Category :   Actus