Conférence: Présentation du Mouvement citoyen Sprimont : programme et liste

Le Mouvement Citoyen de Sprimont a été initié par Michel Beaufays (qui pousse la liste) et est menée par Olivier Rouxhet (ancien cdH).
Il réunit des Sprimontois(es) qui, pour la plupart, n'ont jamais fait de politique. Le MCS veut clairement casser les codes et la façon de faire de la politique…

Comme ils l'indiquent dans leur publication : "Le Mouvement Citoyen de Sprimont (MCS) est la première et la seule formation à Sprimont, née d'une pure initiative citoyenne ; il propose de mettre en place un système représentatif et démocratique entièrement nouveau où chaque Sprimontois est invité à être acteur et à participer à la décision."

A nouveau, il s'agit de replacer le Citoyen au cœur du débat. Pour le Mouvement, plus question que quelques élus prennent les décisions sans que le citoyen n'ait été consulté. "Il faut réintégrer le citoyen dans la gestion de sa commune, de son village, de son quartier".

Michel Beaufays explique : "Nous avons organisé des "apéros-citoyens" pour aller à la rencontre des habitants de Sprimont. Plus de 200 personnes ont répondu à notre appel. Sur base de ces rencontres, nous avons élaboré notre programme". Un programme qui se veut évolutif puisque le Mouvement se veut à l'écoute des habitants de manière constante.

"En effet", précise Olivier Rouxhet, "nous n'avons de compte à rendre qu'à notre assemblée générale composée des Sprimontois. Et plutôt que de consulter la population tous les 6 ans comme cela se fait via les élections, nous souhaitons prendre le pouls plus régulièrement. Au moins, une fois par an pour que les élus rendent des comptes en vue de redresser le tir ou expliquer leurs décisions mais nos rencontres pourraient se faire plus souvent encore, en fonction des dossiers importants qui seraient abordés.

Le MCS veut instaurer une nouvelle gouvernance et parmi les propositions émises, on trouve :

  • Le rassemblement des différentes attributions traditionnellement réservées dans la commune au sein de 4 échevinats plutôt que 5. Les fonds destinés au 5ème échevinat seront investis dans la mise en œuvre de la participation citoyenne, laquelle deviendra une compétence transversale commune à tous les échevinats ;
  • l'interdiction de cumuler deux fonctions ;
  • l'établissement d'un calendrier précis pour le Conseil communal et la décentralisation de celui-ci dans les différents villages ;
  • un temps prévu pour des interpellations citoyennes lors du Conseil ;
  • la présence d’un mi-temps sera exigée aux Echevins à l'administration (actuellement, il n'y a pas d’obligation de prestation, seule la présence au Collège et au Conseil est contrôlée, soit 2 à 3 heures semaine) ;
  • la limite dans le temps des mandatures : pas plus de deux (soit 2 x 6 ans) ;
  • la consultation préalable au niveau des citoyens et du conseil communal pour toute enquête publique ;
  • la limite financière des autres mandats rémunérés. Tout autre rémunération que conseiller ou échevin sera reversée dans la caisse communale pour être redistribuée pour les projets citoyens ;
  • les décisions seront prises de manière collégiale ("actuellement, chaque échevin mène ses projets comme il le veut et les autres n'ont pas à s'en mêler", nous dit Olivier Rouxhet : "C'est le système du "tu me fous la paix, je te fous la paix…" ;
  • etc.

 

Parmi les membres présents à la conférence, la plupart est novice en politique.
Citons Catherine Gasquard Chapelle qui a souhaité rejoindre le MCS parce qu'aucune étiquette de parti n'est accolée : "Je me retrouve dans toute une série de propositions faites par chaque parti et ce qui m'a vraiment convaincue est de pouvoir traiter de différents sujets sans avoir une ligne conductrice liée à une couleur précise".
Hubert Broers, agriculteur à Andoumont, s'est toujours intéressé à la politique : "Je suis le petit-fils de l'ancien bourgmestre de La Reid et j'avais manifesté mon intérêt au Mouvement. Quand ce dernier m'a appelé pour me demander de m'engager, j'ai dit oui. J'aimerais pouvoir freiner l'urbanisation à outrance de la commune. Connaissant bien le problème et voyant que rien ne bouge de la part des élus, je prône l'instauration de filet à cannette afin d'éviter que, suite au fauchage, les morceaux de métal ne finissent  dans le fourrage et donc dans l'estomac des bovins. Ce qui conduit toujours à la mort de l'animal ! Je serai, bien évidemment attentif aux besoins de mes confrères agriculteurs…"

Un Mouvement qui, s'il n'est que sprimontois pour l'instant, envisage déjà l'avenir avec la présentation d'une liste à la Province et à la Région "afin d'optimiser la portée de nos actions" concluent-ils.

La liste des candidats :

  1. ROUXHET Olivier
  2. GARRAY Sylvie
  3. GOFFIN Jean-Marc
  4. GASQUARD-CHAPELLE Catherine
  5. CRAHAY Thomas
  6. WAUTRICHE Aurore
  7. BROERS Hubert
  8. LABEYE Marie-Paule
  9. SÉLECK Guy
  10. MOREAU Isabelle
  11. WATTÉ Stéphane
  12. DARO Thérèse
  13. BERNARDI Charly
  14. SUYMENS Gabrielle
  15. PESESSE Benoît
  16. PARIZEL Carine
  17. PITON Dominique
  18. MINGUET-FOURNAL Christine
  19. MARÉCHAL Olivier
  20. BASELE Nyota
  21. FRANSSENS Sébastien
  22. FRÉDÉRIC Claudine
  23. BEAUFAYS Michel

 

(CFL)

 

Photo de groupe de gauche à droite : Hubert Broers, Dominique Piton, Catherine Gasquard Chapelle, Jean-Marc Goffin, Marie-Paule Labeye, Olivier Rouxhet, Michel Beaufays.


Galerie médias

  • 20181005-MvmtCitSprimont10
  • 20181005-MvmtCitSprimont03
  • 20181005-MvmtCitSprimont04
  • 20181005-MvmtCitSprimont05
  • 20181005-MvmtCitSprimont06
  • 20181005-MvmtCitSprimont07
  • 20181005-MvmtCitSprimont08
  • 20181005-MvmtCitSprimont09

Category :   Actus