Conférence: Syndicat Libre de la Fonction Publique

Eric Labourdette, dirigeant responsable et président du secteur "Zone de secours" - SIAMU RBC (Bruxelles) et Peter Vandenberk, mandataire permanent et vice-président du secteur "Zone de secours" pour la Wallonie - IILE (Liège) tapent à nouveau sur le clou quant au manque de moyens flagrant.

Le manque de personnel est criant au sein des zones de secours 2 (IILE-Intercommunale d’Incendie de Liège et Environs) et 3 (HeMeCo-Hesbaye Meuse Condroz), en province de Liège. Ce qui a des répercussions sur les départs en intervention et les délais au détriment de la sécurité des intervenants eux-mêmes et de la qualité des missions envers la population, a dénoncé ce mardi Eric Labourdette, dirigeant du Syndicat Libre de la Fonction Publique (SLFP), soulignant que de tels problèmes se rencontrent dans toutes les zones de secours du pays.

Manque d’effectifs et/ou de matériel pour assurer des interventions selon les normes fixées, des départs qui ne peuvent parfois pas être assurés, des postes avancés fermés sont autant de problématiques que dénonçait déjà en mars 2017 le SLFP. Les constats restent les mêmes plus d’un an plus tard et à cela s’ajoute la difficulté de dialoguer avec les dirigeants des zones concernées, allant même jusqu’à multiplier les procédures disciplinaires à l’égard d’agents et les tentatives d’intimidation envers les représentants syndicaux, selon le SLFP. Les pompiers et ambulanciers de l’IILE et de la zone HeMeCo en ont ras-le-bol et réclament au plus vite l’application des normes prévues en matière de personnel, notamment, dans le cadre de la réforme de la sécurité civile.

"On ne leur donne pas les moyens d’assumer correctement leur devoir. Par exemple, sur la zone HeMeCo, il y a eu dernièrement un décès parce que la caserne n’a pas été en mesure d’envoyer une ambulance. Parfois, il n'y a que 3 personnes dans la caserne pour assurer la protection des citoyens mais également des centrales nucléaires à Tihange ! Il ne faut même pas essayer d'envoyer une ambulance et une autopompe en même temps, c'est impossible vu le manque de personnel" explique Eric Labourdette. "La situation est grave à partir du moment où il y a des décès dans des zones où l’on n’a pas su assurer des départs", insiste-t-il. "Autre exemple, il se trouve parfois que la personne responsable du dispatching est également celle de l'autopompe", ajoute Peter Vandenberk "Donc, s'il part en intervention, il n'y a plus personne pour répondre au dispatching ! Ou alors, il doit assurer successivement les deux postes durant 24h ! Comment voulez-vous avoir les idées claires après? !".

Eric Labourdette reprend : "Nous sommes passés par toutes les étapes de la procédure à suivre: la conciliation a été refusée, on a interpellé le ministre de l’Intérieur Jan Jambon qui a répondu qu’il ne peut rien faire, on s’est tourné vers l’autorité de tutelle qu’est le gouverneur de la province de Liège mais il ne fait que répercuter les réponses qui lui viennent des zones. Voilà des mois et des années que l’on dénonce des situations problématiques, ne serait-ce que pour obtenir un dialogue social. Il y a une telle dégradation du climat social…"

Pour la zone de Liège, il manque une septantaine de pompiers et une cinquantaine pour la zone Hemeco. Ce personnel supplémentaire permettrait sans conteste de pouvoir mieux assurer les secours.

Enfin, alors que les trois syndicats ont déjà lancé un préavis de grève pour la zone du Hainaut, le SLFP en rédige également un pour les zones de Liège et Hemeco. Celui-ci sera soumis aux deux autres organisations syndicales (CSC et CGSP) afin de faire front commun.
Le SLFP a également annoncé une action au pénal contre l’IILE pour des faits de harcèlement envers des représentants du personnel.

(CFL avec Belga)


Galerie médias

  • 20181009-SLFP14
  • 20181009-SLFP02
  • 20181009-SLFP13
  • 20181009-SLFP04
  • 20181009-SLFP06
  • 20181009-SLFP07
  • 20181009-SLFP10
  • 20181009-SLFP01

Category :   Actus