Article: Exposition "World Press Photo"

Du 10 novembre 2018 au 13 janvier 2019, les Territoires de la Mémoire accueillent la 61e édition de l’exposition du prix "World Press Photo" à La Cité Miroir à Liège. Impressionnantes, interpellantes, les 160 photos présentées nous dévoilent un instantané du monde tel qu’il est aujourd’hui.

En 1955, un groupe de photographes néerlandais a lancé un concours dans le but de montrer leur travail à un public international. Depuis, la World Press Photo Foundation a acquis une renommée mondiale et prestigieuse. Très impliquée dans le développement du photojournalisme, elle propose un concours annuel, ouvert à tous, qui est devenu un événement majeur au sein de la profession de journaliste et de photographe.

Le concours annuel récompense des photographes professionnels pour leurs meilleurs clichés et leur contribution au photojournalisme. Les clichés présentés nous plongent au cœur d’actualités fortes de l’année précédente. Mais elles nous montrent aussi nombre de réalités contemporaines sur les modes de vie dans le monde, notre environnement ou encore nos sociétés. Ces images nous racontent des histoires poignantes où la vie est tantôt tragique, tantôt terrifiante mais aussi pleine d’espoir, de complicité et d’humanité.

Les photos de presse des lauréats sont choisies pour leur justesse et le message qu’elles délivrent sur le monde dans plusieurs catégories (environnement, sports, actualités, nature, populations, etc.). Elles acquièrent toutes, ou presque, le statut d’icônes et elles sont relayées par les médias du monde entier. Parmi les premiers prix de ces célèbres images, se retrouvent notamment « L’Homme de Tian’anmen », cliché de Jeff Widener de l’Associated Press ou encore l’image de « Omayra Sanchez », capturée par Evaristo Canete, de TVE.

L’exposition voyage ainsi dans 45 pays et elle est visitée par près de 4 millions de visiteurs chaque année.

Par le biais de cet événement d’envergure, les Territoires de la Mémoire (centre de rééducation à la résistance et à la citoyenneté) participent à interroger la réalité d’aujourd’hui avec ses conflits, ses injustices sociales mais aussi ses solidarités et ses humanités. World Press Photo questionne la liberté de la presse, la mission des images et des journalistes face à ces différentes problématiques. Elle appelle surtout tout un chacun à s’informer et, surtout, à s’indigner face aux violences et aux atteintes aux droits humains.

Sophie Boshouwers, responsable et commissaire de l’exposition World Press Photo a détaillé certaines photos de l’exposition dont celle ayant obtenu le premier prix pour 2017, « La Crise au Vénézuela » de Ronaldo Schemidt. La photo montre Jose Victor Salazar Balza, en feu, lors d’affrontements violents avec la police antiémeute lors d’une manifestation contre le président Nicolas Maduro, à Caracas, au Venezuela, le 3 mai 2017. Le Président avait annoncé son intention de réviser le système démocratique, consolidant ainsi ses pouvoirs législatifs. Les dirigeants de l'opposition ont appelé à des manifestations de masse pour réclamer des élections présidentielles anticipées. Des manifestants (dont beaucoup portaient des cagoules, des masques ou des masques à gaz) ont allumé des feux et jeté des pierres. Salazar a été incendié lorsque le réservoir d'essence d'une moto a explosé. Il a survécu à l'incident avec des brûlures au premier et au deuxième degré.

 WPP-Venezuela Crisis-2017 (c)Ronaldo Schemidt-Agence France-Presse

Mme Boshouwers s’est également attardée sur la photo de Heba Khamis, « Banned Beauty ». Elle dévoile une petite fille de 11 ans, Suzanne, ayant subi un repassage des seins jusqu’à ce que ceux-ci soient totalement aplatis. Bien qu’il s’agisse d’une pratique essentiellement camerounaise, le repassage des seins se produit dans d’autres pays d’Afrique occidentale et centrale. Les ONG locales estiment que dans certaines régions, le nombre de femmes subissant cette opération dépasse 50%. Les mères expliquent que cette procédure douloureuse est un acte d’amour, visant à supprimer le développement du sein afin de prévenir les viols.

WPP-Banned Beauty (c)Heba Khamis

La responsable à également mentionné « La Liberté trouvée dans l’eau », d’Anna Boyiazis. Le cliché montre des étudiantes de l’école primaire de Kijini apprenant à nager et à effectuer des sauvetages au large de la plage de Muyuni, le 25 octobre 2016, à Zanzibar. Traditionnellement, les filles de l'archipel de Zanzibar ne veulent pas apprendre à nager, principalement à cause des restrictions imposées par une culture islamique conservatrice et de l'absence de maillots de bain modestes. Mais dans les villages situés à la pointe nord de Zanzibar, le « Projet Panje » offre aux femmes et aux filles locales la possibilité d’apprendre à nager avec une tenue plus légère mais totalement couvrante afin de pouvoir entrer dans l’eau sans compromettre leur sécurité ou leurs croyances. « Quand un homme apprend à nager, il nage. Quand une femme apprend à nager, elle s’ouvre au monde », cite Sophie Boshouwers.

WPP-Finding freedom in the water-96 (c) Anna Boyiazis

L’exposition propose 2 activités en rapport avec le métier de photojournaliste.

Pour les enfants de 12 à 14 ans, « Photojournalisme : ce que je vois, ce que je comprends »
Comment regarder une photo de presse ? Que comprendre ? Quel est le but du photographe ? Le choix du cadrage et de l’angle de vue sont-ils neutres ? Comment appréhender une image qui choque ? Comment se positionner par rapport aux événements qui nous sont rapportés ? Une visite animée par des devinettes, des débats et des questionnements sur le rapport individuel à l’image.

À partir de 15 ans, vous pouvez participer à l’activité « Vous aussi, choisissez vos lauréats ! »
En se mettant dans la peau du jury de World Press Photo et en choisissant leur photo de l’année, les participants seront invités à s’approprier l’exposition autrement, à nourrir leur regard critique, à réfléchir aux missions du photojournalisme et à questionner le rapport entre art et pouvoir. Leur attention sera attirée sur le fait que ce concours pose de nombreuses questions sans réponses toutes faites, qui nécessitent un temps d’arrêt et de réflexion.

 

Infos :

  • L’exposition est accessible en semaine, de 9h à 18h ainsi que le weekend, de 10h à 18h.
  • Une ouverture en soirée est possible en fonction des activités programmées.
  • L'exposition est complète les lundi 19 et mardi 20 novembre.
  • Fermetures exceptionnelles prévues le 11 novembre, les 3, 24, 25 et 31 décembre ainsi que le 1er

 

(Michelle Leponce)


Galerie médias

  • WPP-CDP
  • WPP-CDP1erPrix02
  • WPP-CommissaireExpo
  • WPP-CommissaireExpo-Nage

Category :   Actus