Conférence: Soutenir le secteur de la presse quotidienne écrite francophone

Restreindre la presse, c'est bafouer la démocratie. Pourtant, l'avenir de la presse écrite quotidienne francophone est gravement menacé. Elle tente de survivre dans une situation précaire de plus en plus impactée par la nouvelle aire numérique. Fabian Culot, Député wallon, veut changer les choses.

Fabian Culot et Olivier Maroy ont déposé une proposition de résolution visant à soutenir le secteur de la presse quotidienne francophone ce mercredi 20 février à la Fédération Wallonie-Bruxelles. De nombreux débats s'animent au sujet de "L'Avenir" et de la situation alarmante de la presse aujourd'hui. Supports papiers délaissés au profit des formats numériques, impossibilité de combler les pertes financières par un haussement des prix, précarité et dégradation du statut de journaliste, prolifération de la désinformation en masse…C'est un bilan désastreux pour le monde des médias.

Un des acteurs de la précarité journalistique est celui de l'accès à des sources d'information gratuites. C'est le cas notamment pour la RTBF, qui va au-delà de son activité audiovisuelle et qui concurrence les médias payants. "J'aime la RTBF mais je ne lui porte pas un amour exclusif. J'aime également le pluralisme", explique le Député. Un équilibre entre la gratuité proposée par la RTBF et la rémunération nécessaire pour les autres quotidiens doit être mis en place.

Des aides financières sont déjà apportées aux journaux quotidiens.  La Communauté française a augmenté son budget en leur versant plus de 9.000.000€ d'aides directes. Diverses aides indirectes, fiscales et sociales, les soutiennent également. Une autre source de revenus plus inattendue vient de  Google qui verse 150.000.000€ au secteur européen de la presse.

Google finance également le nouveau projet des groupes Rossel et IPM: Askinfo. Ce n'est d'autre qu'une plateforme qui proposerait des articles lus sous forme de podcasts. D'autres initiatives comme Ouvrir mon quotidien ou journaliste en classe sont déjà mises en œuvre pour sensibiliser les établissements scolaires.

Fabian Culot estime qu'il faut agir et propose une liste de solutions. La priorité, selon lui, est de garantir une presse libre, indépendante et pluraliste afin de maintenir une information démocratique. Il insiste également sur la pluralité des lieux de rédaction qui peuvent permettre un éclairage de proximité sur l'information.

Son dossier est le résultat des auditions à la Fédération Wallonie-Bruxelles et de son année d'expérience. Ses suggestions sont nombreuses mais s'axent sur 5 domaines particuliers:

  • Education et enseignement (faire de la presse un outil pédagogique) ;
  • Nouveaux publics-cibles (favoriser l'abonnement d'un groupe précis de la population) ;
  • Nouveaux modèles de consommation et diffusion (par exemple: abonnement à un kiosque numérique) ;
  • Aides indirectes à la presse écrite et aux libraires ;
  • Mesures européennes (droits d'auteur, vie privée…).

La proposition de résolution sera débattue en commission des médias après les vacances de carnaval. La défense du secteur de la presse est une priorité pour Fabian Culot qui espère prochainement voir ses solutions au cœur des préoccupations politiques et, dans l'idéal, mises en place.

Alexia Mattina


Galerie médias

  • 20190222-FCulot02
  • 20190222-FCulot07bis
  • 20190222-FCulot01
  • 20190222-FCulot05

Category :   Actus