Conférence: Projets et actions menés au Congo avec l’hôpital Panzi

De retour de mission au Congo, Véronique De Keyser représentant l'association "les Enfants de Panzi et d'ailleurs" est venue témoigner de la barbarie que subissent les jeunes enfants violés. Situation bouleversante et qui ne laisse pas indifférent."C'est le niveau zéro de l'humanité" dit-elle.

"Les Enfants de Panzi et d'ailleurs" est une ASBL belge, créée le 4 septembre 2015. L’association a été fondée par quatre femmes ayant en commun d’être touchées par la situation des enfants victimes de violences sexuelles dans les conflits : Véronique De Keyser (Présidente), Isabelle Durant (Vice-Présidente), Cathleen de Kerchove (Directrice Générale) et Marie Dominique Simonet.

Cette association prend en charge, sur le plan psychologique, des fillettes de moins de 10 ans, violées au cours des 3 dernières années. Et ce, en partenariat avec  la Fondation Panzi de Bakavu, dirigé par le Docteur Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018.

Parmi ces victimes, des bébés et de très jeunes enfants en dessous de 5 ans dont la moitié présente une symptomatologie de stress post traumatique sévère, si bien qu'elles sont souvent stigmatisées comme étant des enfants sorciers et de fait, sont rejetées.

L'extrême pauvreté, les ressources minières suscitant de violentes convoitises, l'incertitude des résultats des élections présidentielles, l'impunité et les protections dont jouissent les criminels font des enfants, les premières victimes des violentes tensions de la région, infectée de milices. La psychose et la colère de la communauté sont palpables, d'où le niveau très élevé de détresse parentale.

A ce propos Véronique De Keyser, également  professeure en psychologie à l'Université de Liège et eurodéputée honoraire, ajoute "Aucun viol n'est banal mais ce qui frappe […] c'est le collectif, la déshumanisation de la victime comme ces bébés qu'on se repasse de main en main comme des poupées de chiffon, pour les violer dans les plaisanteries et les rires. C'est le niveau zéro de l'humanité. […] La plupart des enfants […] manifestent des signes cliniques de reviviscences du trauma, anurie, cauchemars, flashs back qui marquent l'irruption intempestive de la mémoire traumatique […] . Des vies cassées, des corps abimés, un présent douloureux et un avenir qui commence si mal […], tel est le sort de très nombreux enfants."

Sur le terrain, l'association est, elle aussi, malheureusement victime de stratégies de terreur, régulièrement confrontée à des vols, pillages ou tout autre acte de pression. Le Docteur Mukwege est, quant à lui, sujet à des rumeurs et des menaces émanant de criminels.

A propos de l'année 2018, deux sites de prises en charge psychologique ont vu le jour, au village de Kavumu (30 km de Bakavu) et de Bunyakiri (80 km de Bakavu ). L'année dernière, ce n'est pas moins de 63 fillettes survivantes de violences sexuelles qui ont été prises en charge par l'association.

L'ASBL a également bénéficié en 2018 de subventions financières de La Fondation Roi Baudouin, du Ministère des Affaires Etrangères belge, de la Fédération Wallonie - Bruxelles et de la Loterie Nationale.
Elle lance aujourd'hui un appel aux dons afin de continuer sa mission et exhorte également les Universités à s'engager.

Compte de l'association "les Enfants de Panzi et d'ailleurs" : IBAN : BE87 0689 0358 1194  - BIC : GKCCBEBB

 

Bryan Ponente


Galerie médias

  • 20190314-VDeKeyserPanzi06
  • 20190314-VDeKeyserPanzi09
  • 20190314-VDeKeyserPanzi01

Category :   Actus