Conférence : Présentation de la liste régionale et des priorités de campagne du Mouvement Demain

Alors que les élections régionales approchent à grand pas, le Mouvement Demain vient de présenter sa liste de candidats ainsi que les idées principales de leur programme. Environnement, emploi et éducation étaient au rendez-vous.

Né de la fusion entre le Mouvement de Gauche et Vega, le Mouvement Demain propose une vision de la politique en trois dimensions :

  • Une dimension écologique/environnementale abordée d'un point de vue collectif et non plus sur base de responsabilités individuelles ;

  • Une dimension sociale, basée sur le Marxisme, qui repose la question de l'égalité des chances au sein de notre société;

  • À cet écosocialisme s'ajoute la question centrale de la démocratie qui tend à rendre à la politique belge ses lettres de noblesse en prenant plus en compte l'avis des citoyens.

Au-delà de ce troisième point, le Mouvement Demain se distingue des autres listes de gauche par deux caractéristiques : d’une part, par son refus pur et simple de collaborer avec la droite, de l’autre à gouverner "avec les mains dans le cambouis pour travailler au quotidien (…) on ne restera pas au balcon juste avec du discours" comme l’explique Pierre Eyben, porte-parole du mouvement et élu communal de Liège sur la liste Vert Ardent.

Une volonté de se confronter à la réalité du terrain qui se reflète dans l’élaboration de la liste des candidats. Qu’ils soient employés, chercheurs d’emploi, mères au foyer ou retraités, chaque candidat apporte ses connaissances dans un domaine particulier.

Dans le même ordre d’idée, le mouvement ne souhaite pas systématiquement envoyer son candidat tête de liste en tant que représentant. En cas de sollicitation par les médias, la personne désignée pour répondre aux questions sera la plus qualifiée sur la question abordée.

C’est dans cet esprit que, tour à tour, les candidats ont présenté la thématique qui leur était la plus familière. Parmi celles-ci :

  • La démocratisation de l'accès aux logements privés ainsi que l'éventuelle création d'une société publique d'isolation permettant l'isolation des bâtiments publics et privés à moindre coût ;

  • La construction d’une relation de confiance entre les politiques et les citoyens par l'adoption d'un code de déontologie politique, la publication de rapports de synthèse sur le travail de chaque parlementaire et la mise en place de divers dispositifs permettant aux citoyens de se réapproprier la chose politique ;

  • La création d'emplois durables et non-délocalisables par l'utilisation rationnelle et juste des aides à l'emploi ;

  • Le développement d'une société plus inclusive, notamment à l'égard des personnes porteuses d'un handicap (qu'il soit visible ou non) ;

  • La sensibilisation des plus jeunes aux problématiques de harcèlement et l'amélioration de l'accompagnement des centres PMS dans les écoles ;

  • La revendication d'une alimentation wallonne de qualité pour tous, la favorisation des circuits courts et l'éducation à la consommation responsable, au même titre que les matières scolaires classiques.

  • La revalorisation du métier d'enseignant et l'adoption d'un tronc commun polytechnique jusque 15 ans;

  • L'adoption d'une autre politique de transport, la révision de l'aménagement de l'espace public et la gestion des transports en commun en Wallonie ;

  • La réduction des coûts liés aux chômage en instaurant une politique d'embauche non-sélective et la création d'emplois par des entreprises à but d'emploi financées à 70% par les allocations de chômage et à 30% par le chiffre d'affaires des entreprises ;

  • Le partage de la culture et de l'information à l'aide de logiciels libres : chaque logiciel financé par de l'argent public devrait automatiquement être mis à disposition de chacun et ce, gratuitement ;

  • Un meilleur accompagnement des sans-abris.

À côté de ces points précis, Didier Brissa, candidat tête de liste, rappelle les idées plus générales du programme parmi lesquelles l'alliance emploi/environnement, une réflexion sur une série de problématiques que l'on rencontre aujourd'hui dans le milieu politique : "Chaque fois qu'il y a des élections, on a de nouveaux élus, de nouveaux ministres qui viennent et occupent une fonction et vont probablement passer une bonne partie de leur mandature à défaire ce qui a été fait par leurs prédécesseurs avant de mettre une politique à court terme qui sera encore modifiée au bout de quatre années."

Or certaines problématiques, en particulier celles liées aux différents types de transition, doivent faire l'objet d'un travail à long terme. Pour pallier ce problème, il propose la mise en place de régies compétentes pour traiter de problématiques transversales à plusieurs ministères sur 15 voire 30 ans. Cela serait particulièrement adapté pour des problématiques de transition énergétique, environnementale ainsi que de toutes les articulations sociales qui en découlent.

Pour finir, le Mouvement Demain souhaiterait observer un renouvellement démocratique constant et une meilleure représentation citoyenne. Doubler la représentation wallonne par une chambre tirée au sort au sein de la population et renouvelée tous les deux ans permettrait une déprofessionnalisation de la politique et un meilleur reflet des envies populaires.

Informations supplémentaires SUR LE SITE DU MOUVEMENT

Valérie Franckart


Galerie médias

  • 20190327-MvmtDemain15
  • 20190327-MvmtDemain02
  • 20190327-MvmtDemain04
  • 20190327-MvmtDemain10bis
  • 20190327-MvmtDemain09bis
  • 20190327-MvmtDemain05
  • 20190327-MvmtDemain12
  • 20190327-MvmtDemain06
  • 20190327-MvmtDemain07
  • 20190327-MvmtDemain08
  • 20190327-MvmtDemain01

Category :   Actus